The Pemberley Chronicles, tome 1 : The Pemberley Chronicles de Rebecca Ann Collins



Présentation de l'éditeur : "Those with a taste for the balance and humour of Austen will find a worthy companion volume."-Book News
The weddings are over.
The guests (including millions of readers and viewers) wish the two happy couples health and happiness. As the music swells and the credits roll, two things are certain: Jane and Bingley will want for nothing, while Elizabeth and Darcy are to be the happiest couple in the world!
The couples' personal stories of love, marriage, money, and children are woven together with the threads of social and political history of nineteenth century England. As changes in industry and agriculture affect the people of Pemberley and the neighboring countryside, the Darcys strive to be progressive and forward-looking while upholding beloved traditions.
Rebecca Ann Collins follows them in imagination, observing and chronicling their passage through the landscape of their surroundings, noting how they cope with change, triumph, and tragedy in their lives.
"A lovely complementary novel to Jane Austen's Pride and Prejudice. Austen would surely give her smile of approval."

Lu dans le cadre du  Challenge Austen organisé par Céline
 
Lu dans le cadre du Challenge 19ème siècle organisé par l'excellent blog Dans le manoir aux livres

Lecture commencée le 15 Septembre 2014, terminée le 20 Septembre 2014

Mon avis

Un catalogue... J'ai eu dès le début l'impression de lire le catalogue de la Redoute. Ici, pas de risque de tomber sur une scène intime ou sexuelle ! Pas d'âme non plus.... Lizzie a fait ci, Darcy a dit ça... Le temps passe très très lentement dans ces chroniques de vie qui sont tout sauf vivantes !  Les femmes pleurent sans cesse en se retrouvant et sont "delightées" (oui je sais mais ce mot revient si souvent dans le texte que je n'arrive même plus à lui trouver un équivalent français, émerveillé est ce qui s'en rapproche le plus mais ce n'est pas exactement ça, bref) . Les personnages sont peu profonds... (note, j'en suis à la page 60 environ au moment où je commence la chronique et si je lis encore une fois à quel point Lizzie est delight que Darcy apprécie les Gardiner, je jure que j'hurle ! (ce qui risque de me poser un problème si je suis dans le bus à ce moment là)... Georgiana est delight par sa nouvelle soeur qu'elle aime d'emblée, Lizzie est tellement bonne que tout Pemberley l'adore, le colonel est d'ailleurs sans doute amoureux d'elle... Jane est grosse ( quel delight !) et Kitty, loin de l'influence de Lydia (méchante Lydia, pas delight elle, même si elle est grosse aussi) devient une perleeeeeeeeeeee. (Darcy revoit son jugement sur elle, ce qui delight Lizzie....). L'histoire avance très vite, les années passent à grande vitesse et on apprend pas grand chose de passionnant en fait... On a bien la liste des enfants de chacun ( les enfants ont tous un caractère copié collé de leurs parents donc il est inutile de les décrire...). La liste des mariages (avec toujours le même déroulé : Lizzie et Jane se rendent compte avant les intéressés de la romance, puis les couples se forment sans aucun problème : attendu qu'ils sont tous absolument exceptionnels ( aucune brebis galeuse ne passera la porte) au grand delight de tout le monde.... Ensuite, tout le monde vient vivre dans le Derbyshire pas loin de Pemberley ( les Gardiner, les Bingley, le Colonel....) : au plus grand delight d'everybody ! Charlotte Collins devient veuve après avoir eu trois filles ( ce qui delight tout le monde, personne n'aime Collins n'est-ce pas ?) Pour le reste, on suit l'évolution politique du pays, avec un engagement des gentils Darcy/Fitzwilliam/Gardiner ( pour les droits des pauvres, contre le travail des enfants ect...) Mention spéciale à Caroline Gardiner, la fille de la tante de Lizzy, devant laquelle tout le monde tombe en pâmoison tant elle est parfaite : bonne, généreuse, intelligente, avec le sens des convenances et une parfaite maitrise d'elle-même (et cela dès ses 14 ans...)... Sur les personnages unanimement considérés comme "peu sympathiques" : Collins, les soeurs Bingley, Lady Catherine, Wickham et Lydia, on ne sait pratiquement rien, l'auteure préférant se cantonner aux délices des personnages "nobles". Tout est donc particulièrement assommant de bonheur pendant les trois quart du roman puis, tout d'un coup, comme si l'auteure s'était rendu compte que ça manquait de sel, les malheurs s'abattent sur les personnages (après vingt ans de bonheur idyllique...). Du coup les cinquante dernières pages sont absolument ravageuses, d'une tristesse qui tranche brutalement avec le début... Mais, malgré cette avalanche de tragédies, il est difficile de trouver un peu d'émotion... Ce qui m'a attristée en tant que lectrice c'est le fait de penser que les personnages qui disparaissaient étaient aimés de Darcy et de Lizzie ... si je m'en étais tenue à ce que ces derniers exprimaient, je n'aurais pas trouvé ça triste du tout, même si ça a donné un peu de consistance à Lizzie

Ce que j'aime : Charlotte Collins, on la voit peu mais finalement elle a un destin intéressant.

Ce que j'aime moins : trop de delight tue le delight. Le manque d'âme du roman, l'évincement systématique des personnages jugés "peu sympathiques", le fait qu'on ait pas le temps de s'attacher aux nouveaux personnages, même si l'auteure fait parfois des efforts pour nous les vendre (comme pour les barbantes Caroline et Emily Gardiner....). Le postface où l'auteure explique d'où viennent soi-disant les chroniques : absolument ridicule tant c'est éculé... (cela n'engage que moi). L'absence totale d'intimité entre les personnages (j'ai souvent critiqué le fait que certaines sequels se centraient trop sur le sexe, mais là pour le coup c'est zero, limite un baiser... il y a un juste milieu je pense, sans rentrer dans le descriptif, j'aurais aimé un peu plus de Darcy et Lizzy, un peu plus d'émotion)

En bref : Beaucoup de delight pour les personnages, pas autant pour la lectrice que je suis... On peine à se sentir impliqué dans la vie des personnages, même si la fin tente désespérément d'émouvoir. Personnellement, je ne suis pas si certaine que Jane Austen approuverait


Ma note 

4/10

Commentaires

  1. Ouhh! J'adore ta chronique ^^ Trop drôle. Après avoir lu le résumé, je me suis dit que ça semblait être une suite intéressante mais avec ton avis, je passe mon chemin :/ C'est dommage. Mais je vois que c'est le tome 1. Tu comptes lire la suite?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah si tu veux, je les ai tous donc je vais me forcer à les lire, peut-être que ça s'arrangera :(

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Une petite réaction ?

Posts les plus consultés de ce blog

Twilight of the True Blood Vampire Diaries de Gary Ghislain

Une nuance de vampire, tome 13 : Une marée changeante de Bella Forrest

Journal d'un vampire décrypté de Delphine Gaston