Don Juan ou la passion d'un mythe de Charlène Willette



Présentation de l'éditeur : Une femme de notre époque décide de se glisser dans la peau de Marie Tudor et de prendre le plus célèbre des amants : Don Juan. « Alors, pourquoi Marie choisit-elle Don Juan ? Parce qu’il est le plus insaisissable des fripons ! Le plus détestable des hommes ! Le plus macho des amants ! Mais aussi le plus séduisant des Roméo ! » Pour le trouver, elle organise un gigantesque casting en vain. C’est donc à partir des dix mâles les plus séduisants qu’elle va le créer et jouir avec lui des plaisirs de la chair, se confronter à lui, mais également à elle-même.

Lu dans le cadre de mon partenariat avec les Editions Artalys

Lecture commencée le 11 Novembre 2014, terminée le 11 Novembre 2014

Mon avis 

J’ai beaucoup aimé ce récit à mi chemin entre Frankenstein et le Marquis de Sade. Le vocabulaire, un peu vieillot, rappelle vraiment les écrits du Marquis tout comme le fait que les héros expérimentent toutes les facettes de la sexualité y compris les plus extrêmes ( dieu merci je ne mangeais pas pendant la phase scato… non pas que j’ai quelque chose contre cette lecture mais j'évite quand je mange) . Donc sur la partie sexuelle rien à dire, j’ai trouvé le package complet, bien décrit et assez varié pour ne pas susciter l’ennui.
Sur le côté « fantastique » l’idée de rapiécer un homme est intéressante, j’ai aussi beaucoup aimé la chute de la soubrette (je ne m’y attendais pas) tout comme l’idée de prendre le lecteur à témoin
J’ai eu plus de mal  sur le début … j’ai bien compris la démarche de Marie qui raconte son histoire mais j'ai eu un peu de mal à comprendre "le trip Marie Tudor"  au début (  sur les premières pages environ je me suis dit WTF ????). En revanche la fin est claire et je l'ai trouvée originale.
J'ai aussi apprécié les nombreuses références littéraires et/ou culturelles du roman, en dépit du sulfureux de ce dernier, il n'est pas qu'un étalage de scènes sexuelles ... Et je n'en dis pas plus sur l'histoire pour ne pas vous spoiler

Ce que j'aime : le côté "Frankenstein Sadien", le fait de  renvoyer le lecteur à sa position de voyeur, mais je ne suis pas certaine que tout le monde le prenne ainsi, certains pourraient se sentir mal à l’aise. Les références culturelles nombreuses

Ce que j'aime moins :Je n'ai pas toujours eu le sentiment de comprendre toutes les références culturelles du roman et j'ai eu un peu de mal à entrer dans le tout début du roman

En bref : Un Frankenstein sexuel ! Si vous aimez Sade et n’en avez  pas honte, foncez ! Si non, vous ne perdez rien à découvrir ce roman qui a beaucoup de sel que les nuances de gris... 

Ma note 

7/10

 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Twilight of the True Blood Vampire Diaries de Gary Ghislain

Une nuance de vampire, tome 13 : Une marée changeante de Bella Forrest

Journal d'un vampire décrypté de Delphine Gaston