The Pemberley Chronicles, tome 4 : The Ladies of Longbourn de Rebecca Ann Collins



Présentation : The bestselling Pemberley Chronicles series continues the saga of the Darcys and Bingleys from Jane Austen's Pride and Prejudice and introduces imaginative new characters.
Anne-Marie Bradshaw is the granddaughter of Charles and Jane Bingley. Her father now owns Longbourn, the Bennet's estate in Hertfordshire. A young widow after a loveless marriage, Anne-Marie and her stepmother Anna, together with Charlotte Collins, widow of the unctuous Mr. Collins, are the Ladies of Longbourn. These smart, independent women challenge the conventional roles of women in the Victorian era, while they search for ways to build their own lasting legacies in an ever-changing world.
The ladies find strength, companionship, and friendship together as they work to build a children's hospital, deal with a deadly outbreak of influenza, and help a gentle lady flee a violent and destructive marriage.
Jane Austen's original characters - Darcy, Elizabeth, Bingley, and Jane - provide a framework of solid values and commentary to anchor a dramatic story full of wit and compassion.

Lu dans le cadre du Challenge 19ème siècle organisé par l'excellent blog Dans le manoir aux livres 

Lecture commencée le 10 Janvier 2015, terminée le 14 Janvier 2015

Mon avis

 Alors tome 4 *soupir* Anne Marie s'est mariée mais ce n'était pas une union d'amour (ce que tout le monde condamne alors que concrètement, c'était monnaie commune non ?) Donc on retrouve les mêle tout habituels : Emma Watson, Caroline Fitzwilliams.... le tout sous la houlettes des matrones bien pensantes : Elizabeth & Jane... Du reste, rien ne change : par exemple tout le monde appelle Elizabeth "Lizzie" mais Mr Darcy reste Mr Darcy....  Donc on déroule l'histoire et tout y est tellement attendu que s'en est particulièrement pénible. Dans ce 4eme tome nous avons donc une apparentée Darcy qui se prend des idées de charité et s'implique dans une GRANDE cause sous le regard fier de sa parentèle (ainsi que de l'infortuné personnage qui aura l'honneur de devenir son mari, delighté par le sens civique de sa femme) Sérieux on ne pourrait avoir une "connasse" une fille futile, qui apprécie sa vie opulente et se fout éperdument du sort des veuves et des orphelins ? Tant de bonté et de générosité me tapent sérieusement sur les nerfs .... La suite est le scénario classique des Rebecca Ann Collins : Il l'aime, elle n'est pas sûre de l'aimer... Ils font un passage à Pemberley ce qui donne l'occasion à Lizzie de ragoter et se remémorer son histoire avec Darcy... Il y a un mort (RIP Oncle Gardiner, en même temps il devait bien avoir 100 ans non ?). Lizzie et Jane ragotent sur les amours de leurs apparentées (sérieux, elles n'ont donc que ça à faire !!!) , s'autocongratulent sur leur bonheur, et parlent étiquette (où est donc la jeune fille impertinente : dans le sens spirituelle, et vive d'Orgueil et Préjugés ?) Ensuite nous avons un drame... qui rapprochent les héros avec dans le rôle de la méchante ... LYDIA ( bah oui hein) et bien entendu les matrones bien pensantes qui ont tellement honteeeeeeeeeeeeeee (Lizzie et Jane). Lizzie a une super idée qui sauve la situation au grand delight de Darcy et les amoureux se marient ( et sont delighted... d'autant plus que la "méchante" amie d'Anne Marie n'est pas si méchante, ouf on est rassurés pffff). Bref ce quatrième tome a exactement le même scénario que les trois précédents.

Ce que j'aime : en fait c'est voir les personnages mourir peu à peu : ça me soulage

Ce que j'aime moins : le scénario est toujours le même, il n'y a aucune nuance dans les personnages qui se ressemblent tous : les gentils sont toujours engagés dans une grande cause et prompts au jugement.... (et j'oubliai, ils sont tous parfaitement beaux)

En bref : Un nouveau tome dépourvu d'inventivité et d'intérêt. On s'ennuie ferme et les personnages, tellement clichés et bien pensants finissent par en devenir antipathiques tant leur traitement est superficiel.

Ma note 

1/10


Commentaires

  1. Heu ben là tu me donnes pas envie ^^. Moi qui adore Lizzie je ne veux pas être déçu par une mauvaises images d'elle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bah après chacun son truc ^^ mais Lizzie hyper moralisatrice j'aime pas ( elle sait condamner un comportement mais de là à se montrer aussi pédante...)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Une petite réaction ?

Posts les plus consultés de ce blog

Une nuance de vampire, tome 4 : Une ombre de lumière de Bella Forrest

Une nuance de vampire, tome 13 : Une marée changeante de Bella Forrest

Journal d'un vampire décrypté de Delphine Gaston