Fitz and The Fool, tome 1 : Le fou et l'assassin de Robin Hobb




Présentation de l'éditeur : Fitz, l'assassin royal, est à la retraite et coule des jours paisibles, entouré de sa femme Molly et de ses enfants. Un soir, trois inconnus se présentent en se disant ménestrels puis s'enfuient dans une tempête de neige, tandis qu'une messagère disparaît soudainement sans avoir remis son message à Fitz. Quinze ans plus tard, Fitz se désole de n'avoir aucune nouvelle du Fou...
Lecture commencée le 02 Mars 2015, terminée le 04 Mars 2015
Mon avis 
Alors... je dois dire que j'étais particulièrement excitée de retrouver enfin Fitz et les personnages des Six-Duchés ( qui sont Sept désormais). Et je n'ai pas été déçue ! L'histoire reprend avec tout autant de magie que la première fois et j'ai souris de plaisir de retrouver Fitz (toujours d'un optimisme délirant), Umbre, Kettricken, Molly et les autres. 
Bon avant que j'aille plus loin, je tiens à préciser, qu'à mes yeux, La citadelle des Ombres est sans aucun doute la meilleure saga de fantasy de tous les temps ! (oui oui, elle est supérieure à Game of Thrones, bref).
Donc on retrouve Fitz, toujours aussi anxieux, qui coule des jours heureux auprès de Molly, son amour d'enfance. Bien entendu, Fitz accumule les erreurs. Le pire c'est qu'on les voit venir, d'entrée de jeu, on a envie de lui dire "mais bon dieu va écouter cette p*** de messagère, c'est le Fou qui l'envoie ! Mais Fitz étant Fitz... J'ai aussi été ravie de voir revenir Umbre (il me manquait le vieil assassin ^^). Je vais essayer de ne pas trop vous en dire sur l'histoire mais... La grossesse de Molly m'a semblé surréaliste (j'aime la façon dont Robin nous manipule à travers les pensées que Fitz partage avec le lecteur).
Bon à partir de maintenant, ma chronique contient des SPOILERS 
Sur l'enfant de Fitz et Molly, j'ai eu le plus grand mal au début, mais le changement de point de vue brutal de l'histoire ( découvrir le récit du point de vue d'Abeille wahou) m'a complétement emportée, surtout sur un passage aussi difficile ( je l'ai lu dans le bus et j'étais au bord des larmes en percevant la souffrance de Fitz à la mort de Molly...). Et dans le même temps je commence à redouter l'avenir d'Abeille... Et je me demande si elle n'est pas le nouveau prophète blanc (je n'ai pas fini le tome au moment où j'écris cela). Visiblement elle possède le Vif & L'Art et ... ça va faire mal. 
Pour Fitz, je le trouve toujours autant dans l'illusion... Je ne remets pas en cause son amour pour Molly mais tout ce qui est dit de sa relation avec le Fou c'est... tellement fort et profond.  
J'ai cependant été un peu frustrée par la rapidité avec laquelle les années passent et j'ai "souffert" de l'éloignement de Fitz de la politique interne du royaume (oui, j'aurais bien voulu en savoir plus sur les 6 Duchés et sur Kettricken et sur Devoir & la narcheska ...) Mais je ne doute pas que l'auteure va se rattraper ^^ Surtout avec une fin comme ça !
Ce que j'aime : Retrouver mes personnages adorés, l'introduction d'Abeille, Fitz toujours aussi torturé, Umbre ! L'écriture de l'auteure, qui réussit parfaitement à emporter le lecteur dans son univers.
Ce que j'aime moins : le temps passe trop vite, on est triste pour certains personnages, et j'aurais aimé en savoir plus sur le contexte politique
En bref : Pfff que dire ? Un excellent premier tome où l'auteure nous entraine à nouveau dans le monde des Six-Duchés. Les personnages sont toujours aussi attachants, bons, parfaits et l'écriture absolument magnifique. J'adore, j'adhère et je suis archi fan !

Ma note 

9,5/10 (je suis trop fan)



Commentaires

  1. Encore un excellent tome, j'ai hâte d'avoir tout les livres de cette nouvelle saga !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bah Robin Hobb quoi... c'est vraiment le top en fantasy

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Une petite réaction ?

Posts les plus consultés de ce blog

Twilight of the True Blood Vampire Diaries de Gary Ghislain

Une nuance de vampire, tome 13 : Une marée changeante de Bella Forrest

Journal d'un vampire décrypté de Delphine Gaston