L'Auberge de la Jamaïque de Daphné Du Maurier



Présentation de l'éditeur : Orpheline et pauvre, Mary Yellan n'a pas d'autre ressource que de quitter le pays de son enfance pour aller vivre chez sa tante, mariée à un aubergiste, sur une côte désolée de l'Atlantique. Dès son arrivée à l'Auberge de la Jamaïque, Mary soupçonne de terrifiants mystères. Cette tante qu'elle a connue jeune et gaie n'est plus qu'une malheureuse, terrorisée par Joss, son époux, un ivrogne menaçant, qui enjoint à Mary de ne pas poser de questions sur les visiteurs de l'auberge. Auberge dans laquelle, d'ailleurs, aucun vrai voyageur ne s'est arrêté depuis longtemps... De terribles épreuves attendent la jeune fille avant qu'elle ne trouve le salut en même temps que l'amour. Dans la grande tradition romantique des soeurs Brontë, la romancière anglaise, auteur de Rebecca, nous entraîne avec un sens prodigieux de l'ambiance et de l'intrigue au cœur d'un pays de landes et de marais battu par les tempêtes, où subsiste la sauvagerie ancestrale des pirates et des naufrageurs.

Lu dans le cadre du Challenge 19ème siècle organisé par l'excellent blog Dans le manoir aux livres  

Lecture commencée le 08 Mars 2015, terminée le 10 Mars 2015

Mon avis :

Alors, je connaissais Daphné du Maurier grâce à Rebecca que j'ai lu il y a de nombreuses années et qui m'a laissé un très bon souvenir (d'ailleurs, je dois le relire) et j'attendais avec gourmandise cette lecture. Malheureusement, elle n'a pas été à la hauteur de mes grandes espérances... J'ai éprouvé beaucoup de mal à m’intéresser à l'histoire qui, sur le papier a pourtant tout pour me plaire ( les naufrageurs est un thème que j'adore) surtout en raison de l'héroïne, Mary, avec qui j'ai eu du mal à compatir. Sans doute parce qu'elle ne m'est pas sympathique, j'ai trouvé la plupart du temps qu'elle agissait stupidement et qu'elle avait un côté girouette... Autre problème, je n'achète pas sa romance avec Jem, je trouve que ça va trop vite (mais j'ai du mal avec le concept de l'amour au premier regard)... La manière dont Mary aborde le jeune homme me pose également question, je sais qu'elle est confuse mais trop à mon gout en dépit de quelques répliques/pensées qui m'ont plues ( comme lorsqu'elle regrette d'être une femme et de ne pouvoir passer la nuit avec lui tranquille avant de repartir le lendemain matin : elle ne peut pas parce que la femme se doit d'être sentimentale...) J'ai apprécié cette remarque même si j'ai du mal avec l'idée de la femme qu'elle représente...  La tante Patience m'a émue en revanche, on sent vraiment à quel point l'amour dépendant peut se refermer comme un piège... L'oncle Joss, alcoolique, est très réussi également. Idem pour le personnage du prêtre albinos qui m'a fait froid dans le dos ( ce personnage ne m'a jamais inspiré confiance.. à cause d'une petite remarque qu'il fait à Mary). Autre problème, la chute finale ne m'a absolument pas surprise... du coup, un peu déçue même si la fin était jolie

Ce que j'aime : le style parfait de l'auteur en dépit d'une traduction où les personnages "se mettent" sans arrêt à faire quelque chose. Le back ground naufrageur, l'alcoolisme de Joss, le prêtre albinos

Ce que j'aime moins : le duo/couple Jem /Mary

En bref : Un roman plaisant, bien écrit mais pas inoubliable sans doute parce que, pour ma part, je n'ai pas réussi à ressentir une quelconque empathie pour l'héroïne

Ma note 

6,5/10


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Twilight of the True Blood Vampire Diaries de Gary Ghislain

Une nuance de vampire, tome 13 : Une marée changeante de Bella Forrest

Journal d'un vampire décrypté de Delphine Gaston