Fitz & The fool, tome 2 : La fille de l'assassin de Robin Hobb



Présentation de l'éditeur : Fitz doit apprendre à vivre avec sa fille, Abeille, après la mort de sa femme, Molly. Etrangement précoce et intelligente, l'enfant poursuit une existence à demi sauvage dans le domaine de Flétribois. Livrée à elle-même, elle découvre les passages secrets que dissimulent les murs de la maison, se lie d'amitié avec un chat et découvre le passé de son père.

Lecture commencée le 30 Avril 2015, terminée le 30 Avril 2015

Mon avis :

Un second tome aussi passionnant que le premier où on retrouve notre bon vieux Fitz toujours aussi lent à percuter (je le dis sans méchanceté...). Comme toujours, on a envie de le secouer tant il ne voit pas ce qui est pile poil sous son nez. Car, soyons clairs, dès l'instant où on lit les points de vue d'Abeille on sait exactement ce qu'elle est en vérité... Bon, certes, Fitz ne les lit pas, mais il y a suffisamment de gros indices pour qu'il percute... Mais non ! Umbre lui aurait compris mais Fitz étant ce qu'il est ( porté à l'auto-apitoiement...) il ne voit pas plus loin que le bout de son nez ( dommage pour un Loinvoyant...) Du coup, la vraie nouveauté et plus value c'est Abeille. Ses points de vue, alternés avec ceux de son père, sont une vraie bouffée de fraicheur et apportent énormément à l'histoire. On devine qu'elle a le Vif à travers ses relations avec le chat, et je présume qu'elle possède aussi l'Art. Mais pas que ça ! J'évite d'en dire trop pour ne pas spoiler, ce serait un crime mais je dirais quand même que, comme toujours, l'auteure réussit à faire monter l'émotion. Surtout sur les retrouvailles avec le Fou (le moment où on hurle à Fitz de ne pas faire ça, de ne surtout pas faire ce qu'il pense à faire... et bien sûr il le fait). La fin du tome est juste hallucinante et donne envie de lire la suite très très vite. 

Ce que j'aime : Abeille, très complexe et intéressante (beaucoup plus qu'Ortie), Fitz et ses états d'âme (qu'il est bon de le voir souffrir), les rebondissements parfaitement orchestrés.

Ce que j'aime moins : bah parfois la nature d'Abeille m'a semblée trop évidente, Fitz trop aveugle et de ce fait certains rebondissements un peu prévisibles. 

En bref : Un second tome dans la digne lignée du précédent et de La citadelle des ombres. Une vraie réussite avec une nouvelle intrigue très alléchante qui, je l'espère, nous permettra d'en apprendre encore plus sur le Fou.

Ma note

9,5/10





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Une nuance de vampire, tome 4 : Une ombre de lumière de Bella Forrest

Une nuance de vampire, tome 13 : Une marée changeante de Bella Forrest

Journal d'un vampire décrypté de Delphine Gaston