La fabrique d'hormones de Saskia Goldschmidt




Présentation de l'éditeur : Motke, de son vrai nom Mordechai de Paauw, aimerait bien mourir. À quatre-vingt-dix-sept ans, il regrette le temps où son corps était encore le moteur de tous ses plaisirs, et il se fait alors le narrateur d’une existence hors du commun. Jeune homme, il est contraint de reprendre l’abattoir familial, mais son ambition le pousse à transformer la florissante entreprise en faisant appel à Rafaël Levine, un scientifique d’origine juive-allemande, pour lui adjoindre un laboratoire. Utiliser les déchets de l’abattoir pour procéder à l’extraction de l'insuline, puis d’autres hormones sexuels, voilà le projet industriel de Motke. Le succès est au rendez-vous, l’argent coule à flots. Grisé et doté d’une libido indomptable, Motke ne parvient pas à rester fidèle à son épouse Rivka et n’hésite pas à exercer une sorte de droit de cuissage sur ses ouvrières. Mais le drame se noue quand il pousse son propre frère jumeau Aron à s’administrer des doses de plus en plus élevées de testostérone… La fabrique d’hormone - basée sur une histoire vraie découverte par l’auteur dans les archives de sa propre famille - tient le lecteur en haleine par son sujet extrêmement original et une écriture fluide, précise. Avec pour cadre les Pays-Bas des années 30, ce roman qui par ailleurs offre une vraie réflexion sur le rapport entre sexualité et pouvoir, n’est pas sans rappeler certains scandales sexuels récents.
Avant toute chose je tenais à remercier le site Babelio pour m'avoir sélectionnée parmi les participants de la Masse Critique et les Éditions Gallimard pour l'envoi du roman   
Lecture commencée le 10 Juin 2015, terminée le 12 Juin 2015
Mon avis  : 

Un ouvrage déroutant narré par le personnage principal qui n'est pas, loin de là, un homme sympathique. A travers les souvenirs de Motke, nous sommes entrainés dans la genèse de la création d'un grand laboratoire pharmaceutique, il est à signaler que cette fiction est largement inspirée de la véritable histoire d'Organon (ce qui rend le livre encore plus intéressant !)
Donc nous avons Motke, cloué dans son lit qui dévide lentement l'histoire de sa vie. Autant le dire tout de suite, Motke est un salaud : mari menteur, patron détestable (il n'hésite pas à faire pression sur ses ouvrières pour obtenir des faveurs sexuelles), frère immonde (il est d'ailleurs renié par son jumeau) et ami peu fidèle... Et pourtant, la force du roman réside dans le fait qu'on ne peut s'empêcher de comprendre le personnage. Je ne dis pas qu'on l'excuse, ni que ses actes sont justifiés, mais on comprend le "pourquoi" il agit de la sorte. A travers les actes de Motke, on voit sa frustration, son amertume de n'avoir pas pu accéder aux études dont il rêvait. Autodidacte, Motke tente d'égaler son "mentor" Levine tout en le haïssant de posséder le savoir qui lui a été refusé jusqu'à la trahison ultime... 
A travers les aventures personnelles de Motke, on découvre aussi les avancées scientifiques de l'époque et la difficulté pour les entreprises (et pas que !) durant la Seconde Guerre Mondiale. Le personnage d'Aron, comme une némésis, rappelle sans cesse à Motke ses erreurs, tout comme Levine dont le comportement durant l'occupation finit par faire honte à Motke, planqué en Angleterre (même si Mokte dans sa suprématie ne s'en rend pas compte). 

Ce que j'aime : le fait que l'histoire soit basée sur des faits réels, le personnage de Motke, vrai salaud à la psychologie fouillée

Ce que j'aime moins : j'aurais apprécié quelques détails sur Ezra 

En bref : Un très bon roman où l'on suit avec passion la vie d'un authentique personnage antipathique et les différentes avancées pharmaceutiques du siècle dernier

Ma note 

7/10


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Twilight of the True Blood Vampire Diaries de Gary Ghislain

Une nuance de vampire, tome 13 : Une marée changeante de Bella Forrest

Journal d'un vampire décrypté de Delphine Gaston