The Pemberley Chronicles, tome 7: Postcript from Pemberley de Rebecca Ann Collins



Présentation de l'éditeur : Kate O'Hare is more interested in discussing Darwin's 'The Origin of Species' than the fashion in gowns. She admits to making a few mistakes along the way - mistakes that may have catastrophic consequences for her & pose grave risks for her friends. But in her very difference lies her charm, especially for young Darcy Gardiner.

Lu dans le cadre du Challenge 19ème siècle organisé par l'excellent blog Dans le manoir aux livres


Lecture commencée le 08 Octobre 2015, terminée le 10 Octobre 2015

Mon avis :  

Que dire que je n'ai pas déjà dit ? Une fois de plus, l'histoire suit le plan classique des tomes précédents avec un manque d'originalité qui confine à l'ennui... Ce qui est accentué ici par la préférence affichée de l'auteure pour certains de ses personnages (même s'il est difficile de les différencier les uns des autres, tant ils sont tous parfaits....) que j'avais déjà remarquée sur Caroline Gardiner qui confine à la sainteté... Cette fois, c'est Darcy Gardiner (petit fils de Darcy & Lizzie par sa mère et des Gardiner par son père) qui apparait comme le super gentleman ... Il a tout pour plaire : abnégation, sens de la justice, idées égalitaires en politique.... bref l'homme parfait (on ne verra JAMAIS aucun rejeton Gardiner/Darcy/Bingley se soulager dans une maison de passe, comme il était courant à l'époque : nan ça c'est pour les Wickham et autres racailles...) Donc, Darcy est exactement semblable à son grand père, son père Jonathan Bingley, et un peu près tous les hommes de la saga (différents prénoms mais mêmes personnalités et scénari). Bon ok, il y a Julian Darcy (mmm méchant Julian qui ne s'intéresse pas à Pemberley) mais l'auteure dit clairement qu'il ne l'intéresse pas, du reste il se remarie avec Jessica Courtney (l'excellente fille de la non moins excellente Emily  : fille des Gardiner et soeur de Caroline, autant dire que c'est un parangon de vertu qui chie des arc-en-ciel) . Alors oui Darcy se fait éconduire par Jessica qui lui préfère Julian mais au final n'est-ce pas parce que la demoiselle se rend compte qu'elle n'est pas digne d'un homme aussi parfait que Darcy ? Sûrement... Mais rassurez-vous, Darcy trouve son true love en la personne de Kate O'Hare, une jeune fille à la moralité et au sens de la droiture sans commune mesure... Rassurez-vous, Lizzy et Darcy ont tôt fait de sanctifier cette union... (comme toujours). Pour le reste, eh bien la caricature usuelle avec Lydia en méchante et sa fille en raclure, Jane en crédule et Elizabeth prête à jeter la première pierre (mais où est donc passée la jeune fille ouverte d'esprit et vive de P&P ? ) La bonne nouvelle du tome ? Mrs Gardiner est ENFIN morte !

Ce que j'aime : pffff sérieux ?  J'en suis à dire Lydia parce qu'elle apporte de LA VIE. L'histoire entre Jessica & Julian, même si l'auteure n'a pas jugé utile de s'y intéresser

Ce que j'aime moins : tout le temps la même histoire, tome après tome, le côté bourgeois insupportable des Darcy/Bingley/Gardiner sous des dehors de tolérance et d'ouverture d'esprit. Le manque de personnalité des personnages qui se ressemblent tous

En bref : Aussi nul que les autres tomes et un copié collé des précédents épisodes qui permet à l'auteur de continuer à utiliser la popularité des personnages de Jane Austen  tout en les dénaturant.

Ma note 

2/10




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Twilight of the True Blood Vampire Diaries de Gary Ghislain

Une nuance de vampire, tome 13 : Une marée changeante de Bella Forrest

Journal d'un vampire décrypté de Delphine Gaston