La série du Mercredi : The Knick, Saison 1



Synopsis : À l'hôpital Knickerbocker de New York, au début du XXe siècle, époque où les antibiotiques n'existent pas encore, les chirurgiens et les infirmières doivent repousser les limites médicales alors que le taux de mortalité a soudainement augmenté.
Le Dr John Thackery (inspiré de William Halsted), récemment nommé à la tête du service de chirurgie, est rejoint par le Dr Algernon Edwards (inspiré de Marshall Taylor et Louis T. Wright ), diplômé de Harvard et ayant pratiqué en Europe. Alors que le premier se bat contre ses addictions pour atteindre ses ambitions de grandes découvertes médicales, le second doit lutter contre les préjugés raciaux et gagner le respect de la population majoritairement blanche de l'hôpital et de la ville.

Série en cours de production

10 épisodes de 50 minutes 

Casting : 

Clive Owen : Dr John « Thack » Thackery 
Andre Holland : Dr Algernon Edwards 
Jeremy Bobb  : Herman Barrow 
Juliet Rylance  : Cornelia Robertson 
Eve Hewson : Lucy Elkins 
Michael Angarano : Dr Bertram « Bertie » Chickering Jr. 
Chris Sullivan : Tom Cleary 
Cara Seymour  : Sœur Harriet 
Eric Johnson  : Dr Everett Gallinger 
David Fierro  : Jacob Speight 
Matt Frewer  : Dr J.M. Christiansen 
Maya Kazan : Eleanor Gallinger

Mon avis :

Après Urgences et autres Grey Anatomy qui m'avaient grandement ennuyée, j'ai entamé cette série avec un peu d'appréhension mais j'ai vite été séduite. Les personnages sont vraiment passionnants (parce qu'on est loin des "bons docteurs" sans défauts) et j'aime la manière dont la série décrit la société et les avancées de la médecine. Les scènes d'opération sont d'un réalisme criant et ça fait froid dans le dos de voir des opérations faites en public. J'aime aussi le côté magouille avec la manière dont ils tentent de continuer leurs recherches en se procurant des cadavres, les enjeux financiers, la ségrégation omniprésente ( le traitement du Dr Edwards est bien rendu) et les différences de classe ( on comprend bien que les pauvres peuvent mourir sans que ça n'émeuve qui que se soit). Et bien entendu, il y a de la romance, j'aime la relation d'Al et de Cornélia ( les derniers épisodes de la saison sont particulièrement amers), la manière dont Soeur Harriet envisage son sacerdoce et bien entendu tout le back ground des Gallinger (le traitement de la dépression / décompensation de l'époque fait vraiment froid dans le dos). Et le must du mus, le personnage de Thackery, médecin aussi génial que dépendant et sa relation avec la gentille Lucy... La fin de la saison, avec l'entrée de Thack en cure, m'a fait rire : j'avais deviné la nature du traitement, mais je ne m'attendais pas à ce que le laboratoire Bayer soit cité ! J'ai vraiment appris quelque chose, je ne savais pas que c'était ce labo qui était à l'origine de la mise sur le marché de cette drogue !

Ce que j'aime : le fait d'apprendre énormément de choses sur les prémices de la médecine moderne, les personnages qui sont loin d'être parfaits, les scènes d'un réalisme criant

Ce que j'aime moins : parfois c'est un peu trop réaliste...

Ce que j'attends de la saison 2 :

* Voir Thack réagir à son traitement ( sachant en quoi il consiste, j'ai hâte de voir ça)
* Un peu plus de drama pour Thack & Lucy
* Que Cornélia se réfugie dans les bras de  Al
* Et plus que tout, le traitement d'Eléanor ! J'aimerais vraiment voir la psychiatrie de l'époque en action

En bref : Une excellente saison qui campe des personnages aussi attachants qu'imparfaits, et qui permet d'en apprendre beaucoup sur les origines de la médecine moderne sans pour autant ressembler à un documentaire

Ma note 

8/10


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Une nuance de vampire, tome 4 : Une ombre de lumière de Bella Forrest

Une nuance de vampire, tome 13 : Une marée changeante de Bella Forrest

Journal d'un vampire décrypté de Delphine Gaston