Danse d'atomes d'or d'Olivier Liron



Présentation de l'éditeur : Un soir chez des amis, O. rencontre Loren, une acrobate fougueuse et libre aux cheveux couleur de seigle. Ils s’éprennent follement, s’étreignent et s’aiment le jour et la nuit dans la ville qui leur ouvre les bras. Mais Loren disparait sans un mot. Inconsolable, têtu O. la cherche jusqu’à Tombelaine en Normandie. Là, il apprendra pourquoi la jeune fille si solaire et fragile, est partie sans pouvoir laisser d’adresse. Librement inspiré d’Orphée et Eurydice, le ballet de Pina Bausch, Danse d’atomes d’or propose une nouvelle version du mythe. Ici, Eurydice n’a pas besoin d’Orphée… D’une beauté à couper le souffle, écrit avec la rage de vivre, le premier roman d’Olivier Liron s’inscrit dans le droit fil de L’écume des jours de Boris Vian.

Avant toute chose je tiens à remercier le site Babelio pour m'avoir sélectionnée parmi les participants de la Masse Critique et les Éditions Alma pour l'envoi du roman   
 
Lecture commencée le 21 Mai 2016, terminée le 22 Mai 2016

Mon avis :

Une réécriture contemporaine du mythe d'Orphée et d'Eurydice, très pensée et intellectualisée. L'écriture est un peu hachée, comme si les pensées du narrateur (Orphée/O.) papillonnaient sans cesse, emportées par la passion. 
Le personnage de Loren/Eurydice est solaire mais, au final, appartient pour de bon aux enfers. J'ai apprécié le rappel au mythe ( comme le personnage de Victor Cerbère que O croise dans sa quête de sa Reina).
Leur histoire d'amour est aussi brève que passionnée et tragique. J'aime le fait qu'au final, O ne se souvienne pas toujours de tous les détails (parce que quand on vit, on ne pense pas à tout noter dans un carnet, les moments se gravent dans la mémoire en fonction de nos ressentis). Le journal de Loren est la part la plus émouvante, comme la lettre qu'elle lui envoie et qui permet de comprendre un peu mieux la première partie ( je n'ai pas accroché au style décousu de l'auteur même si j'en apprécie la pertinence dans le contexte). 

Ce que j'aime :  Une réécriture originale du mythe. Un vocabulaire soigné. Loren : mystérieuse et attachante

Ce que j'aime moins : je n'ai pas accroché au style de l'auteur, sans doute parce que je n'ai jamais vu le ballet de Pina Bausch

En bref : Une réécriture poétique et passionnée du mythe d'Orphée et d'Eurydice qui devrait plaire aux amateurs de Pina Bausch et d'amours torturées 

Ma note

5,5/10



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Twilight of the True Blood Vampire Diaries de Gary Ghislain

Une nuance de vampire, tome 13 : Une marée changeante de Bella Forrest

Journal d'un vampire décrypté de Delphine Gaston