Faire le mort de Stefan Casta



Présentation de l'éditeur : "Passionnés d'ornithologie, Kim et des copains partent passer quelques jours au coeur de la forêt suédoise. Le printemps est un moment magique pour qui aime observer les oiseaux. Mais ce qui s'annonce comme une excursion idyllique va tourner au cauchemar. Un soir, autour du feu de camp, une dispute éclate. Kim se fait passer à tabac par les autres. Il est laissé pour mort par ses amis. Comment les choses ont-elles pu en arriver là ? Qu'est-ce qui a poussé les adolescents à commettre un acte aussi terrible ? Personne ne sortira indemne de l'"accident" et la bande si soudée se disloquera, incapable d'affronter le souvenir de sa barbarie."

 Avant toute chose je tiens à remercier le site Babelio pour m'avoir sélectionnée parmi les participants de la Masse Critique et les Éditions Thierry Magnier pour l'envoi du roman  

Lecture commencée le 11 Novembre 2016, terminée le 11 Novembre 2016

Mon avis : 

Un roman étrange et poignant qui nous projette dans la tête de Kim, une victime de la violence adolescente. L'histoire prend le temps de s'installer et de nous présenter le principal protagoniste, Kim, sa famille adoptive (oui, on comprend assez vite qu'il a été adopté même si on nous le dit en fin de roman), son décalage par rapport à ses "amis"... Parce que même s'il admire Philippe, on sent qu'il n'aime pas particulièrement Manny, Pia Maria et Criz. En vrai, s'il traine avec eux c'est pour Tove... Rapidement, on sent le décalage entre Kim, plutôt cultivé et ayant un monde intérieur et la petite bande d'ado lambda. Le moment où j'ai eu le plus mal pour lui, c'est lorsqu'il est au match avec Jim et qu'il sent un mollard s'écraser sur sa tête , à cet instant, on comprend que l'histoire ne peut pas bien se terminer pour Kim. Qu'il n'est pas vraiment accepté parce qu'il est différent et qu'il a le profil type du souffre douleur, trop timide, trop décalé, trop sérieux. Sa relation avec Tove est touchante même si on se demande jusqu'à quel point elle se moque de lui ou tout du moins si elle serait prête à le sacrifier pour s'insérer dans le groupe... 
La virée dans les bois est un long calvaire et je me suis surprise à me demander quand la situation allait exploser... La relation de Kim et Tove explose aussi, il lui parle poésie et Vietnam alors qu'elle est là pour boire de la bière et prendre du bon temps. Puis, c'est l'explosion de la violence, une scène dure et décrite avec précision. 
La suite m'a un peu perdue, je ne savais plus trop ce qui faisait partie du délire de Kim et ce qui éait vrai. Heureusement, la troisième partie rattrape les choses en nous expliquant "l'après agression" et faisant intervenir les sentiments de Tove et des autres, la culpabilité d'autant plus cruelle que Kim n'a rien révélé... Il a accepté la version que ses prétendus amis ont servie. En celà, Manny a raison, il aura toujours un avantage sur eux. La fin est surprenante et on se demande si tout peut vraiment recommencer... et j'ajouterai une mention spéciale pour la raison pour laquelle Kim porte toujours un béret , c'est un petit détail mais c'est émouvant

Ce que j'aime : les détails qui font que Kim est une victime idéale de harcèlement, la montée progressive de la tension 

Ce que j'aime moins : la fin un peu trop ouverte, les pensées de Kim qu'on a parfois du mal à suivre...

En bref : Un beau roman sur la violence adolescente et sur la manière dont un jeune "différent du moule" peut facilement se retrouver en posture de victime

Ma note 

7/10



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Une nuance de vampire, tome 4 : Une ombre de lumière de Bella Forrest

Une nuance de vampire, tome 13 : Une marée changeante de Bella Forrest

Journal d'un vampire décrypté de Delphine Gaston