Film : Marguerite et Julien




Synopsis : Julien et Marguerite de Ravalet, fils et fille du seigneur de Tourlaville, s’aiment d’un amour tendre depuis leur enfance. Mais en grandissant, leur tendresse se mue en passion dévorante. Leur aventure scandalise la société qui les pourchasse. Incapables de résister à leurs sentiments, ils doivent fuir… 

1h50

Casting : 

Anaïs Demoustier : Marguerite de Ravalet 
Jérémie Elkaïm : Julien de Ravalet 
Aurélia Petit : Madame de Ravalet 
Frédéric Pierrot : Jean III de Ravalet 
Raoul Fernandez : Lefevre, l'époux de Marguerite 
Geraldine Chaplin : Mme Lefevre de Haupitois 
Sami Frey : abbé de Hambye 
Bastien Bouillon : Philippe 
Catherine Mouchet : Jacqueline 
Esther Garrel : La conteuse 
Maxime Dambrin : Marigny 
Jean Gruault : Un juge 
Gilles Canu : Le passeur

Mon avis : 

Normalement, je ne commente que les films que je suis allée voir au ciné mais, une fois n'est pas coutume, d'autant plus qu'on m'a demandé mon avis ^^. Donc Marguerite et Julien... l'idée m'intéressait (et j'ignorai totalement que c'était inspiré d'une histoire vraie) et j'avais pensé aller le voir à sa sortie,cependant échaudée par un choix calamiteux de films à cette période, j'ai préféré m'abstenir. Et je le regrette bien.
L'histoire d'amour incestueux est extrêmement bien rendue et j'ai adoré les deux acteurs principaux qui réussissent à faire passer toute une gamme d'émotion en un regard échangé. L'idée de donner une narratrice à l'histoire ( qui s'adresse quand même à des enfants dans le film...) est bien trouvée et permet de plonger peu à peu dans le récit et aussi de situer l'histoire hors du temps. En effet, le mélange d'effets modernes (les voitures, les micros, les costumes...) complétement en décalage avec l'époque où se situe l'histoire (1603) nous plonge dans l'imaginaire des fillettes à qui est racontée l'histoire, on voit l'histoire de Marguerite et Julien à travers leurs yeux et ceux de la narratrice. Du coup, ça confère au tout une impression de magie et d'irréalité, un vrai tour de force pour un sujet aussi tabou que l'inceste. La manière de filmer les corps et les visages des acteurs est aussi très forte, personnellement j'ai adoré les gros plans des héros, toutes leurs scènes ensemble jusqu'à la scène de copulation dans les bois, assez violente quand on la compare au reste mais très réussie : c'est un peu le retour à la réalité brutale et triviale. Les dialogues étaient également à la hauteur et j'ai apprécié les personnages secondaires comme le frère ainé et surtout la mère de Marguerite et Julien qui fait le choix de protéger ses enfants et de faire en sorte qu'ils trouvent le bonheur même si celui ci est condamné par la morale. 
Alors bien sûr, on pourra dire que le film est un vrai parti pris en faveur de Marguerite et Julien, parce que, soyons clairs qui n'a pas envie qu'ils réussissent à fuir vers l'Angleterre ? Comment ne pas avoir pitié de Marguerite vendue rapidement au premier prêt à l'épouser ? Même si Lefevre fait pitié de prime abord, la manière dont il les harcèle ensuite (même s'il est dans son bon droit), en fait un personnage détestable.

Ce que j'aime : la narration hors du temps, le cadrage en gros plan, les costumes et les deux acteurs principaux

Ce que j'aime moins : très romancé par rapport à l'histoire vraie (du moins si j'en crois ce que j'en lu sur le net), le manque d'objectivité (même si au final, c'est aussi le parti pris en faveur des héros qui fait que le film est réussi)

En bref : Un film très réussi qui présente d'une manière poétique et hors du temps une histoire d'amour incestueuse et qui réussit le tour de force à conduire le spectateur à prendre le parti de Marguerite et Julien

Ma note 

9/10


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Une nuance de vampire, tome 4 : Une ombre de lumière de Bella Forrest

Twilight of the True Blood Vampire Diaries de Gary Ghislain

Une nuance de vampire, tome 13 : Une marée changeante de Bella Forrest