Pride, prejudice and zombies, tome 0,5 : Dawn of the dreadful de Steve Hockensmith



Présentation de l'éditeur : Journey Back to Regency England - Land of the Undead!
Readers will witness the birth of a heroine in Dawn of the Dreadfuls - a thrilling prequel set four years before the horrific events of Pride and Prejudice and Zombies. As our story opens, the Bennet sisters are enjoying a peaceful life in the English countryside. They idle away the days reading, gardening, and daydreaming about future husbands - until a funeral at the local parish goes strangely and horribly awry.

Suddenly corpses are springing from the soft earth - and only one family can stop them. As the bodies pile up, we watch Elizabeth Bennet evolve from a naive young teenager into a savage slayer of the undead. Along the way, two men vie for her affections: Master Hawksworth is the powerful warrior who trains her to kill, while thoughtful Dr. Keckilpenny seeks to conquer the walking dead using science instead of strength. Will either man win the prize of Elizabeth's heart? Or will their hearts be feasted upon by hordes of marauding zombies? Complete with romance, action, comedy, and an army of shambling corpses, Pride and Prejudice and Zombies: Dawn of the Dreadfuls will have Jane Austen rolling in her grave - and just might inspire her to crawl out of it!

Lu dans le cadre du Challenge 19ème siècle organisé par l'excellent blog Dans le manoir aux livres


 Lecture commencée le 23 Novembre 2016, terminée le 26 Novembre 2016

Mon avis : 

Une lecture, qui est en fait une fan fic prequel du roman "Orgueil, préjugés et zombies" que j'ai déjà chroniqué.On y retrouve les soeurs Bennet sans Darcy et Bingley mais toujours avec des zombies... Le roman raconte l'arrivée des zombies ( d'ailleurs, j'ai été un peu déçue car j'espérai que l'auteur expliquerait les raisons de l'invasion mais non , il se contente de dire que c'est un retour des zombies suite à la première invasion au temps de la jeunesse de Mr Bennet). Donc, nous retrouvons les soeurs. Et les ninjas avec la décision de Mr Bennet de les entrainer, suite à l'apparition dérangeante d'un zombie... Mrs Bennet est quand à elle fidèle à son personnage et cherche toujours à bien marier ses filles. Sur ce point, j'ai beaucoup apprécié de connaitre le véritable propriétaire de Netherfield Park et j'ai tremblé pour Jane (même si je savais qu'il ne lui arriverait rien). Globalement, exception faite de Mr Bennet, les personnages sont réussis et fidèles à eux-mêmes. Par contre, j'avoue que Mr Bennet (Oscar) en guerrier redoutable qui maitrise tous les arts martiaux et s'oppose à sa femme, ça fait un peu étrange (mais je vois difficilement comment faire autrement rapport au scénario). Sur le reste, les scènes d'entrainement m'ont globalement largement ennuyée tout comme les combats (je n'aime vraiment pas le côté ninja). Idem, même si Elizabeth est l'héroïne de Pride & Prejudice, j'ai trouvé le fait que tout le monde succombe à son charme (le master et le docteur) un peu too much, tout comme le fait qu'elle se révèle toujours la meilleure en tout. Par contre, j'ai bien aimé la manière dont l'auteur a décrit Mary, je l'ai trouvée beaucoup plus consistante et attachante. J'aurais également apprécié de voir Charlotte mais je me suis satisfaite de la brève apparition de Catherine de Bourgh. 

Ce que j'aime : Mary, les personnages globalement fidèles à eux mêmes, l'histoire du propriétaire de Netherfield

Ce que j'aime moins : Mr Bennet qui est peu ressemblant à l'original, trop de glorification d'Elizabeth et beaucoup trop de ninjas. On n'apprend pas les raisons de l'épidémie, pas assez gore

En bref : Une lecture divertissante qui nous plonge dans une Angleterre remplie de zombies où nous retrouvons la famille Bennet. Cependant, trop de scènes de combats improbables gâchent la lecture

Ma note 

4,5/10


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Twilight of the True Blood Vampire Diaries de Gary Ghislain

Une nuance de vampire, tome 13 : Une marée changeante de Bella Forrest

Journal d'un vampire décrypté de Delphine Gaston