Film : Pirates des Caraïbes 5 : La vengeance de Salazar



Synopsis : Les temps sont durs pour le Capitaine Jack, et le destin semble même vouloir s’acharner lorsqu’un redoutable équipage fantôme mené par son vieil ennemi, le terrifiant Capitaine Salazar, s’échappe du Triangle du Diable pour anéantir tous les flibustiers écumant les flots… Sparrow compris ! Le seul espoir de survie du Capitaine Jack est de retrouver le légendaire Trident de Poséidon, qui donne à celui qui le détient tout pouvoir sur les mers et les océans. Mais pour cela, il doit forger une alliance précaire avec Carina Smyth, une astronome aussi belle que brillante, et Henry, un jeune marin de la Royal Navy au caractère bien trempé. À la barre du Dying Gull, un minable petit rafiot, Sparrow va tout entreprendre pour contrer ses revers de fortune, mais aussi sauver sa vie face au plus implacable ennemi qu’il ait jamais eu à affronter…

2h09

Casting :

Johnny Depp  : Capitaine Jack Sparrow 
Geoffrey Rush  : Hector Barbossa 
Javier Bardem : Capitaine Armando Salazar 
Brenton Thwaites   : Henry Turner 
Kaya Scodelario  : Carina Smyth 
Orlando Bloom : Will Turner 
Keira Knightley : Elizabeth Swann 
Stephen Graham : Scrum 
Kevin McNally : Joshamee Gibbs 
Martin Klebba : Marty 
Golshifteh Farahani : Shansa 
David Wenham : John Scarfield
Ben O'Toole : Bourreau britannique
Alexander Scheer : Capitaine Teague jeune 
Adam Brown : Jib
Danny Kirrane : Bollard 
Angus Barnett : Mullroy
Giles New : Murtogg
Delroy Atkinson : Maddox 
Paul McCartney : Uncle Jack


Mon avis :  


ATTENTION SPOILERS ! NE LISEZ PAS CETTE CHRONIQUE SI VOUS N'AVEZ PAS VU LE FILM


Alors, grande fan devant l’éternel de la saga, je ne pouvais pas passer à côté de ce 5eme volet !

Déjà, j’ai beaucoup aimé la scène d’ouverture où Henry (qui a changé de prénom entre le 3 et le 5 au passage) décide de se noyer pour rejoindre son père. C’est complétement idiot mais c’est associé au nom de Turner… La rencontre est plutôt jolie même si je n’ai pas compris pourquoi Henry avait besoin d’une carte pour trouver le Hollandais Volant (je doute qu’il ne recueille que les âmes mortes à un certain endroit de la mer) et pourquoi Will était toujours maudit (attendu que Liz était sensée l’avoir attendu 10 ans en étant fidèle blabla…) : rassurez vous, le film ne répond aucunement à ces deux questions…

On retrouve donc notre Henry 9 ans plus tard (donc je suppose qu’il a 20 ans) à la recherche du Trident de Poséidon, l’artéfact capable de briser toutes les malédictions maritimes afin de sauver son père. Stupide mais cohérent avec le personnage. C’est là qu’on rencontre Salazar qui est lui aussi à la recherche de Jack Sparrow . J’ai bien aimé Salazar, je trouve qu’il est un bon « méchant ».

L’entrée de Jack est assez spectaculaire et très réussie (ok c’est difficilement plausible que 12 chevaux réussissent à trainer une maison et un coffre fort) mais la scène est divertissante et c’est un plaisir de retrouver Gibbs et Marty en pleine forme (RIP Pintel & Ragetti, qui au passage, ne me manqueront pas).

J’ai bien aimé la rencontre entre Carina et Henry, assez originale tout comme le passage où Jack est emprisonné. Mention spéciale pour le moment où Henry déclare qu’Elizabeth Swann est sa mère et la façon dont Jack parle d’elle (on sent qu’il ne l’a absolument pas oubliée)

En parallèle on a Carina. J’aime bien ce personnage, elle a du caractère, elle est jolie et nettement plus intelligente que les pirates ou Henry (qui n’a pas inventé la poudre, reconnaissons le… et ce n’est pas le seul problème du personnage…) J’aime bien le fait qu’elle soit vue comme une sorcière et j’ai apprécié son échange avec Jack quand ils sont tous deux sur l’échafaud (ça c’était drôle). Le gag de la guillotine était sympa mais j’avoue qu’ils l’ont un peu trop répété.

Ensuite on en vient au compas et à la libération de Salazar et c’est là que ça coince. Autant j’ai aimé le récit de Salazar, complet et on comprend bien ses motivations pour se venger de Jack. Le flashback est intéressant (quel bonheur de voir un jeune Jack !!) mais… MAIS cette histoire est totalement incohérente avec la « mythologie » du compas !! Dans le second volet, quand Jack rend visite à Tia Dalma, elle lui dit « le compas que tu m’as volé ne peut-il pas t’y conduire ? » Or, dans ce volet, Jack reçoit le compas de la part de son ancien capitaine et le compas sert à enfermer Salazar… Euh, oui mais non en fait, Jack ne peut pas avoir reçu le compas en cadeau et l’avoir volé à Tia. Du coup, j’ai trouvé ça un peu facile et pas très travaillé de nous sortir cette version. Par contre, j’ai apprécié l’historique des breloques de Jack.

Je continue avec les sujets qui fâchent, je ne comprends pas l’utilité de la Navy dans cet épisode (hormis pour emprisonner les héros) et j’ai été tout sauf convaincue par le simili Beckett qui cherche à s’emparer du trident pour dominer les océans. Idem pour la sorcière bizarre … Pourquoi on ne la pend pas elle ? Comment Hector la connait-il ? Quelle est son histoire à cette femme ? Autant de questions qui… n’ont aucune réponse.

Justement, en parlant de Barbossa, c’est le personnage qui m’a le plus convaincue dans cet épisode. La manière dont il cherche à sauver sa peau face à Salazar, sa relation avec Jack et surtout avec Carina. Le personnage gagne en nuances tout en restant lui-même. J’ai bien aimé la manière dont il raconte l’abandon de Carina et ses raisons ainsi que le fait que le compas l’ait mené vers elle ( comme quoi retrouver sa fille était sans doute le plus cher désir inavoué d’Hector), ça donne une dimension humaine au personnage tout comme la retenue dont il fait preuve face à elle (j’ai apprécié qu’il n’ose pas dévoiler qu’il est son père). Par contre, j’ai trouvé que les scénaristes étaient un peu lourds dans leur explication du lien entre Barbossa et Carina (c’est pas la peine de le dire 5 fois, on avait bien compris dès l’instant où Barbossa lui a demandé où elle avait eu le livre et a ensuite deviné son prénom). Tant que je suis sur Barbossa, j’avoue que j’ai adoré la fin du personnage, en apothéose, où on le voit sans perruque ni gilet doré se sacrifier pour être certain qu’elle survit. C’était émouvant du grand Hector (bon j’avoue, j’ai versé ma petite larme, ce qui est idiot parce que je savais qu’Hector allait mourir).

Je reprends (oui je ne chronique pas dans l’ordre). J’ai bien aimé la scène du putatif avec Carina et les pirates (ça par contre, j’avoue ça m’a bien fait rire et en plus j’ai trouvé que le gag durait juste ce qu’il faut et qu’ils se sont arrêtés avant de devenir lourd, contrairement à la guillotine). Idem pour la mutinerie des hommes du Dying Gull et la chute de Jack dans la boue des cochons (qui rappelle l’entrée en scène de Gibbs dans le premier volet). Au passage, j’ai du reste beaucoup aimé Gibbs dans ce volet, déjà il boit beaucoup moins et est plus roublard que jamais (le passage où il fait Scrum capitaine est excellent !)

En revanche, j’ai trouvé la scène du faux mariage de Jack un peu trop longue et pas si drôle, même si encore une fois, j’ai apprécié le rappel au premier volet avec la robe rouge de Carina. Et bien entendu, j’ai adoré voir le Black Pearl sortir de la bouteille (pfff quand même c’était simple ! Comme si Jack aurait pas pu le demander avant à Hector !)

Toute l’histoire avec les constellations est très très bonne et j’ai apprécié l’idée de cette carte qu’aucun homme ne peut lire (mais visiblement une putative si ^^). Le paysage où ils échouent est magnifique et j’ai adoré le moment où la mer se sépare tout comme le fait que les hommes de Salazar se désintègrent en touchant la terre ferme. Au passage, l’équipage de Salazar, ses requins et le Silent Mary sont très réussis graphiquement.

En revanche et c’est là que le bât commence à blesser… j’ai eu beaucoup de mal avec le personnage d’Henry que j’ai trouvé extrêmement fade. Il a le charisme d’une moule et quand on le regarde on a l’impression de contempler le vide intersidéral. Certes, l’acteur est mignon (si on aime ce style) mais c’est tout… La plupart du temps, on a l’impression qu’il ne sait même pas ce qu’il fait là tant il a l’air ahuri… Autre problème, s’il s’en sort plutôt bien dans ses échanges avec Jack où lorsqu’il est possédé par Salazar (d’ailleurs comment se fait il que Salazar réussisse à posséder des corps ? Il pouvait pas y penser avant pour aller lui-même sur l’île au lieu d’envoyer Hector ?) je trouve qu’il manque cruellement d’alchimie avec Carina. Leur histoire, on y croit pas… Elle est trop « femme » et volontaire pour qu’on la pense capable d’être séduite par un tel benêt.

Sur Carina par contre, j’ai beaucoup moins de réserves, elle est convaincante, elle a de la répartie et on voit vite qu’elle sait clairement ce qu’elle fait là.

Avant d’en venir au sujet qui me fâche vraiment, je reviens sur l’autre problème du film : Jack… Alors oui, il est drôle, il a les mimiques et il est complétement ivre… peut-être un peu trop pour être franche. Le personnage semble fatigué, sans beaucoup de ressort et je trouve que JD a vraiment outré les mimiques du personnage. Ça manque de peps et de fraicheur même si certaines remarques de Jack m’ont beaucoup amusée. Par exemple ses leçons de drague a Henry, j’ai aimé leur relation, Jack se montre très paternel avec lui (non jamais je ne laisserai tomber ma théorie) et j’ai été touchée de le voir protéger Henry (lors de l’attaque des requins) on sent qu’il tient à lui (sans doute à cause de Liz, au vu de la manière dont il parle d’elle). En revanche, j’ai bien aimé son « homélie » à Hector, je l’ai trouvé digne tout comme la façon dont le singe orphelin s’est raccroché à lui.

Avant de passer au gros point négatif du film, quelques remarques en vrac… Même si j’ai bien aimé, j’ai trouvé le film parfois un peu poussif, je trouve que ça manque d’entrain même si, pour ma part, j’ai trouvé que les effets spéciaux étaient réussis (contrairement à ce que j’ai pu lire ça et là dans les critiques). Les blagues sont globalement réussies mais attention à ne pas virer dans le lourdingue… Je regrette aussi le manque d’explications sur certains points (comme le pourquoi Will est toujours maudit, pourquoi il ne vient pas ramasser ses âmes à la bataille finale, comment Salazar fait pour posséder les gens, l’histoire du Trident…) et d’utilité de certains personnages (comme la sorcière et l’officier anglais). Un gros point noir aussi c’est l’incohérence énorme sur l’histoire du compas.

J’en viens à la fin du film… la concrétisation Henry/Carina ne m’a pas convaincue, leur baiser tombe un peu comme un cheveu sur la soupe même si j’ai bien aimé la façon dont il est amené, c’est juste que j’ai du mal à croire à leur romance… Et puis bien sûr…. Il y a … les retrouvailles entre Will et Liz (bah pour le coup nettement plus convaincantes, je l’admets que pour la romance Henry/Carina). La scène est belle et plaira aux amateurs du couple. Pour ma part, je partage entièrement l’opinion de Jack (qui matait à la longue vue lol) : « quelle vision répugnante ! » (j’ai adoré cette réplique, je crois que c’est ma préférée de tout le film.

La scène post générique m’a fait grincé des dents ( Will et Liz dans le même lit, berkkk) mais j’admets avoir trouvé cette scène géniale. Le retour de Jones ! (forcément, toutes les malédictions maritimes ont été effacées mais faudra qu’on m’explique pourquoi il a encore ses tentacules… Ca ça promet presque un épisode 6 qui déchire !

Pour finir… je dirais aussi que j’ai aimé revoir Lizzie (même si j’aurais bien voulu savoir ce qu’elle a fait !) mais j’ai regretté qu’elle n’interagisse pas avec Jack . Et que pour le coup, j’ai aimé Will (pas pour le voir réuni avec Liz ) mais parce que je trouve que le personnage a gagné en prestance .



Pour résumer :
Ce que j’aime : Barbossa ! Le personnage de Carina, très « fort » et sa relation avec Barbossa. Revoir Elizabeth ! Découvrir un Will changé. Salazar qui est très convaincant, les effets spéciaux réussis, les nombreux rappels aux précédents films et l’humour (pas tout mais j’ai bien ri). Les interventions de Gibbs. Toute la scène du « putative » qui était excellente. Les paysages a coupé le souffle (je parle de l’île au trident), la manière dont Jack se comporte avec Henry et dont il parle de Liz. La scène post générique

Ce que j’aime moins :
certains gags sont étirés jusqu’à ne plus être drôles, le film manque d’entrain et de dynamisme. Le personnage d’Henry (plus mou du bulbe tu meurs), le fait qu’il y ait peu de musiques nouvelles (la plupart des thèmes sont des recyclages des 3 premiers, j’adore les musiques hein mais du coup rien qu’en entendant le thème on devinait ce qui allait se produire). Le personnage de Jack que j’ai trouvé à la limite de la caricature de lui-même et qui a pris du plomb dans l’aile. Le fait qu’il y ait peu de nouveautés (hormis la carte céleste) : le film se repose trop sur ce qui a été fait dans les épisodes précédents et manque d’inventivité. Le fait que certains personnages ne servent à rien (la sorcière et les anglais) et que beaucoup de choses ne soient pas expliquées. La grosse incohérence sur le compas (celle-ci je la juge limite foutage de gueule envers les fans). Les retrouvailles entre Will et Elizabeth ( berk), le couple Henry/Carina qui ne m’a pas convaincue. La fin de Barbossa. Le fait qu’il n’y ait aucune scène entre Jack & Liz

En bref : Un 5eme volet qui reprend les recettes des précédents sans ajouter beaucoup de nouveauté (hormis quelques unes qui sont par ailleurs très réussies) et qui manque parfois de dynamisme tout comme Jack qui fatigue… Cependant, l’humour est toujours présent et les dialogues sont à la hauteur des précédents. Le gros plus est de retrouver le trio originel et de nous présenter une jeune héroïne (Carina) intéressante et attachante, (dommage que le personnage d’Henry soit si fade) et un méchant à la hauteur ! Néanmoins c’est tout de même un excellent opus des Pirates !




Ma note :

8/10
 
 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Une nuance de vampire, tome 4 : Une ombre de lumière de Bella Forrest

Une nuance de vampire, tome 13 : Une marée changeante de Bella Forrest

Journal d'un vampire décrypté de Delphine Gaston