Film : The Young Lady



Synopsis : 1865, Angleterre rurale. Katherine mène une vie malheureuse d’un mariage sans amour avec un Lord qui a deux fois son âge. Un jour, elle tombe amoureuse d’un jeune palefrenier qui travaille sur les terres de son époux et découvre la passion. Habitée par ce puissant sentiment, Katherine est prête aux plus hautes trahisons pour vivre son amour impossible. 

Lu dans le cadre du Challenge 19ème siècle organisé par l'excellent blog Dans le manoir aux livres 

1h29 

Casting :

Florence Pugh : Katherine 
Cosmo Jarvis : Sebastian
Naomi Ackie : Anna 
Christopher Fairbank : Boris
Paul Hilton : Alexander

Mon avis :  

Alors, vu avec un mois de retard (merci mon cinéma pour être autant sur la brèche). J'ai beaucoup apprécié l'ambiance très lande "Hauts de Hurlevent" tout ça. D'entrée de jeu on compatit avec la pauvre Katherine, coincée entre un mari qui prend son pied uniquement en la regardant à poil, un beau-père plutôt autoritaire qui traite tout le monde comme de la m*** et une servante mutique qui tremble devant ses maitres ( et un peu devant tout le monde aussi). Le temps passe lentement pour Katherine jusqu'à ce que son mari et son beau père soient forcés de s'absenter. C'est comme ça qu'elle rencontre le nouveau palefrenier. Alors là, on arrive dans une relation dont le début est, je l'admets, un peu incompréhensible... Si ce n'est qu'ils se retrouvent ensemble par ennui. Le fait d'être amoureuse donne des ailes à Katherine et, peu à peu, la jeune fille timide et endormie du début de film s'ouvre à la vie et à la passion. C'est lors du retour du beau-père que l'histoire bascule complètement dans le drame... Sans spoiler, je dois dire que le personnage de Katherine, très froid et déterminé m'a scotchée. La fin est d'ailleurs l'une des meilleures que j'ai vue pour ce genre de film parce qu'elle est absolument sans morale. 

Ce que j'aime : le personnage de Katherine, la fin, les costumes, l'impression de lenteur qui se dégage sans faire du film quelque chose d'ennuyeux

Ce que j'aime moins : parfois ce n'est pas très clair, comme l'engouement de Sebastian et Katherine. Le personnage d'Anna dont je n'ai pas tout à fait compris le mutisme

En bref : Un huis clos victorien à l'ambiance très sombre porté par une comédienne excellente et dont la fin en surprendra plus d'un


Ma note

7/10



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Twilight of the True Blood Vampire Diaries de Gary Ghislain

Une nuance de vampire, tome 13 : Une marée changeante de Bella Forrest

Journal d'un vampire décrypté de Delphine Gaston